Facebook login

UN FRANÇAIS A TAIWAN

Une petite devinette: quel pays peut se targuer d'être (entre autres) le berceau de plus de 40 marques majeures de produits d'airsoft, d'avoir été l'un des "3 dragons" économique et d'avoir son nom imprimé au dos de la très grande majorité des produits électroniques que vous utilisez?

Bravo à ceux qui ont trouvé : il s'agit de Taiwan bien sûr !

Ce petit pays de 20 millions d'habitants, installé sur l'ile de Formose à l'Est de la Chine (avec laquelle il est d'ailleurs en conflit sur son indépendance) est plein de surprises que j'essayerai de vous faire découvrir au travers d'une série d'articles tournant toujours autour du monde de l'airsoft.

Airsofteur assidu depuis de nombreuses années en France, je connaissais déjà Taiwan par le nombre de produits et marques provenant de ce pays. Et puis qui n'a pas déjà entendu parler du « made in Taiwan »?

C'est donc avec curiosité que j'ai accepté il y a 3 ans un poste dans la ville de Taipei, capitale de Taiwan. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que je n'ai pas trouvé le temps de m'y ennuyer !

Apres m'être installé dans mon nouveau chez-moi et pris mes marques, j'ai commencé à chercher quelques boutiques d'airsoft histoire de voir ce qui se faisait et pourquoi pas, trouver une partie à laquelle participer. Je découvre rapidement que l'airsoft est assez populaire à Taiwan, et que la grande majorité des « magasins » ici sont bien différents de ce que j'avais l'habitude de voir en France.

Mon premier contact avec le monde de l'airsoft à Taiwan s'est donc déroulé ainsi : ne connaissant personne ici pour me conseiller, j'identifie sur Internet une boutique pas trop loin de chez moi.

L'extérieur de la boutique n'avait rien de remarquable, et c'est avec la confiance de l'airsofteur qui « a déjà tout vu » que je m'y rends. On peut dire que le choc fut de taille ! A l'intérieur m'attendait un grand capharnaüm de répliques (la plupart complètement modifiées), de modèles extrêmement rares pour l'époque (WA2000, M134, PGM...), de pièces détachées introuvables en stock en France...

L'odeur de la graisse à gearbox et des charbons de moteur surchauffés était omniprésente. En France, à l'exception de quelques magasins bien cachés et tenus par des passionnés, le choix se limite bien trop souvent à quelques marques et modèles hors de prix, souvent « cheap ».

Visiblement un peu amusé de voir un étranger se comporter comme un enfant dans un magasin de jouets la veille de Noel, un vendeur vient essayer de me parler. Et je dis bien essayer, car malheureusement la barrière de la langue est bien là : je ne parle pas Chinois, et mon interlocuteur ne bredouille que quelques mots d'Anglais. Mais la passion de l'airsoft prend le relais, et je comprends rapidement que j'ai à faire au mécanicien de la boutique.

Il me montre quelques-unes de ses créations, et il est évident que c'est du très haut de gamme en terme d'upgrades. Je pose quelques questions sur comment faire de l'airsoft à Taiwan, et j'apprends que plusieurs parties sont régulièrement organisées autour de Taipei. Il me propose spontanément de venir devant sa boutique ce dimanche et je pourrai l'accompagner avec son groupe sur un des terrains.

Mais pour jouer, il me faut une réplique (ayant pris mon gear mais pas mes fusils restés en France). J'ai l'habitude de préparer mes répliques moi-même, mais dans ce cas précis je n'ai pas eu une seconde d'hésitation à acheter un M14 Marui et demander un « upgrade maison » aux standards Taiwanais*. Je ne manque pas de faire rigoler mon interlocuteur en expliquant qu'en France, nous limitons nos répliques full-auto at 350fps et privilégions le tir au semi avec chargeurs mid-caps. Visiblement, le style de jeux à Taiwan est très diffèrent !

Bien entendu, j'insiste lourdement pour regarder comment il réalise cette upgrade. Pas facile de le convaincre : les Taiwanais ont élevé l'upgrade de répliques Airsoft au rang de savoir-faire secret (allant jusqu'à produire leurs propres pièces non disponibles dans le commerce), et les techniques sont jalousement gardées.

Apres 3 heures à observer cet artisan de l'airsoft faire sa magie sur mon tout nouveau M14, je ressors perplexe et désabusé avec ma réplique complètement modifiée sous le bras : malgré mes 6 ans (à l'époque) d'expérience dans l'upgrade de répliques, je me suis senti comme un débutant qui n'y connaissait finalement pas grand-chose... Et je ne parle même pas du prix de l'ensemble, qui n'était même pas la moitié de ce que je comptais devoir débourser.

Texte : TheGnlPOPOV