Aller à la version
de bureau

La panique ne cesse de circuler dans les rues, l'hystérie des survivants est complètement dissoute lorsque surgissent des figures déterminées à les soutenir face aux hordes d'infectés... Mais malheureusement, sous ces hommes masqués se trouve le plus grand groupe de psychopathes et de malades mentaux qu'on puisse espérer pour survivre. Nous parlons ici des Sick Monkeys Airsoft Squad. Un groupe de joueurs vétérans qui viennent de différents endroits d'Espagne, caractérisé pour être des prophètes du chaos et du sang où qu'ils aillent... Vous avez envie de les connaître ?¡

On a du mal à vous mettre une étiquette quand on vous voit, vous vous considérez comme une équipe d'airsoft, de renaccement, de geardos, de mordus du airsoft...?

Oulah... SMAS est une équipe complètement freak, mais c'est vrai qu'elle regroupe presque toutes les variantes du airsoft. Elle est constituée de joueurs de milsim, de reconstitutions et en plus nous avons tous une affection particulière pour le gear, donc on pourrait dire que nous avons les meilleurs éléments de chaque branche (ou les pires, au choix).

Ok, donc on ne sait toujours pas comment vous rentrer dans une case ! Comment avez-vous découvert cette passion ?

Un de nos membres connait le staff de l'organisation du WRG (World Real

Games : worldrealgames.com) qui est l'entreprise qui organise les « Survival Zombie » et y a assisté pour tenter l'expérience comme figurant afin de découvrir le potentiel de ce genre d'événement.

Puisque c'était intéressant et vraiment hors du commun, mais qu'il a vu qu'il y aurait besoin d'un peu plus de personnel de soutien, il l'a proposé au reste de l'équipe. Il a juste fallu inventer notre identité et donner un peu de forme à cette « nouvelle » équipe et voilà !! Les SMAS étaient nés.

Plus on en apprend, plus on a envie de vous poser des questions. C'est quoi, un « Survival Zombie » ?

C'est un real game qui se déroule normalement dans un village ou une ville entière (même s’il y aura bientôt une édition sur une croisière). L'objectif principal du jeu est de survivre, en interagissant avec des acteurs déployés dans certaines zones (qu'il faut découvrir) et surmonter différentes épreuves afin d'obtenir des informations utiles (ou pas) qui doivent nous mener à bon port.

Au milieu de tout cela, il y a des hordes de zombies, des militaires plus ou moins amicaux, de nombreux acteurs avec qui on peut interagir... en résumé, un peu de tout !!

Malgré le fait qu'on soit un des groupes les plus visibles de l'événement avec les acteurs et tous ceux qui sont « visibles », je veux quand même souligner l'immense travail de l'équipe du WRG qui fait tout le travail de l'ombre, car sans elle l'événement n'existerait pas.

Tous les préparatifs qui sont nécessaires au bon déroulement des événements, par exemple pour obtenir les autorisations et les permis nécessaires auprès des différentes mairies (autorisations des répliques sur la voie publique), l'accès aux lieux et aux matériaux à utiliser, la sécurité durant l'événement et tout ce qui ne se passe que dans les coulisses, mais qui permet un bon déroulement du survival, sans heurts et avec des garanties.

Aujourd'hui, combien de personnes font partie de l'équipe de SMAS ?

Actuellement on est neuf membres dans l'équipe, mais c'est rare qu'on soit tous réunis, car on a des obligations professionnelles (et des femmes qui sont parfois réticentes à toutes ces folies). Les rôles ne sont pas très importants, car c'est un événement « différent » et même si on nomme un chef, on se perd toujours, il est donc presque préférable de ne pas définir de rôles.

Et après avoir essayé ce type d'événement, revenir à du airsoft normal ne doit pas être la même chose. Lors de ces événements, l’intensité d'avoir autant de personnes réunies implique sûrement un plus grand sérieux, une plus grande concentration... Ou alors vous vous laissez porter par les gens ?

En fait, c'est vrai que ça demande d'être très concentré. Il y a normalement beaucoup de personnes (presque 3000 lors de l'édition de Getafe) et on doit se concentrer sur ce qui est en train de se passer, ce n'est vraiment pas simple de se retrouver au milieu du vortex qui se forme entre les différentes scènes de l'événement.

Ça doit être aussi intéressant d'un autre point de vue. Il y a des gens qui sont à fond dans leur rôle de zombie et qui le vivent avec autant d'intensité ?

En vrai, l'immersion et la véracité des événements à certains moments sont très élevées. On pourrait parfois même penser qu'on est dans un épisode de The Walking Dead.

On ne peut plus se retenir de parler de vos masques, on les a fixés pendant toute l'interview, ils sont géniaux !

Les masques sont vraiment un élément principal de SMAS et ils forgent notre identité. On a pensé qu'il serait préférable pour l'équipe d'éviter d'avoir des membres spécifiques, comme des chefs. C'est comme ça que l'idée des masques a été pensée, un complément qui dépersonnalise complètement et qui donne une esthétique au groupe et apporte cette touche spéciale et différenciatrice. C'est pourquoi nous sommes maintenant « les singes » et non plus les « l'homme de... ». 

Au début, on a utilisé quelques dérivés de la saga COD, mais on s'est vite rendu compte qu'on devait un peu s'éloigner de cette esthétique. En cherchant un peu, nous avons donc trouvé des masques plus conformes à ce qu'on voulait, même si c'était en Bulgarie ! On est donc passés des anciens en tissu aux nouveaux en fibre de verre, beaucoup plus personnalisés, mais qui ont souffert à force de les porter.

On imagine bien que chaque « Survival » implique de la préparation. En quoi sont-ils différents d'un jeu d'airsoft classique ?

Vous n'avez pas tort. On essaye d'obtenir autant d'informations que possible sur l'événement (points d'intérêt, accès, ce genre de choses). 

En ce qui concerne l'uniformité, on se met d'accord sur la façon dont on va s’habiller, mais ce qui nous conditionne le plus, c'est la météo. Comme on est dans la rue pendant plusieurs heures, on utilise des vêtements utiles en fonction des conditions météorologiques et il faut noter qu’en moyenne, on marche environ 22-25 kilomètres par événement. 

C'est là que le côté milsimer et geardos des membres rentre vraiment en jeu, en termes d'utilisation de matériel militaire adéquat tel que des bottes, des soft shells, des vêtements imperméables et d'autres détails et affaires qui sont mis à rude épreuve. Ce sont des événements qui impliquent des efforts physiques intenses, même si cela ne semble pas être le cas à première vue.

Dans un événement comme celui-ci, les anecdotes les plus drôles ou les plus curieuses mèneraient sûrement à une scène de Walking Dead, n'est-ce pas ?

Parfois, il se passe des choses, oui... Des crises de panique et des rires nerveux.  Une monnaie totalement imaginaire a été créée pour le jeu et, à une occasion, ils avaient l'intention de nous donner de l'argent réel. Des amitiés, des couples et des groupes qui se brisent au moindre danger avec un cri au loin... « Chérie, on se voit plus tard ». Mais en fin de compte, ce qui se passe dans le survival reste dans le survival (sauf si vous l'avez filmé).

En tant qu'experts... machette ou pistolet (devant des hordes de zombies, bien sûr) ?

Vu le prix des munitions et le fait que la machette ne s'enraye pas... la meilleure chose ? Gardez vos distances !

Nous savons que vous êtes des experts en survie et dans le mal suprême, des conseils pour nos lecteurs ?

Bien sûr, ils doivent toujours savoir doser leurs forces.  On voit constamment des gens courir comme des dératés dès le début et sont très vite essoufflés. Courir oui, mais toujours avec sa tête ! Notre devise le dis très bien « nous sommes là pour aider »...